• La Reine est morte, vive la Reine ?

    La Reine est morte, vive la Reine ?

    Le Janson, où la "petite Patronne" n'officiera plus...

    Pour une fois, j’aurais préféré ne pas avoir à prendre la plume. Mais j’en ai besoin : j’aimerais rendre hommage à une grande dame, qui a choisi d’abréger ses souffrances alors qu’une maladie fulgurante l’avait accablée. La nouvelle de son décès a été un véritable choc pour moi. Rien ne l’annonçait. Coup de tonnerre dans un ciel bleu.

    Je souhaite rendre hommage à Régine Beauthier. Ce nom vous sera surement inconnu. Madame Beauthier était professeure d’Histoire du Droit et des Institutions, entre autre, à l’Université Libre de Bruxelles. Pendant un an, elle nous enseigné, à moi ainsi qu’elle l'avait fait à plusieurs générations de juristes, l’histoire de la fondation et de la consolidation de l’État dans nos régions.

    Je dois avouer que l’histoire du droit n’était pas le cours qui m’attirait le plus, au début de l’année. Mais Madame Beauthier avait une telle passion et un tel enthousiasme pour son cours qu’elle est parvenue à m’y intéresser au plus haut point. J’ai découvert, grâce à elle, les joies de relier les évènements historiques biens connus à une façon de penser le droit, à une gymnastique intellectuelle et à une ingéniosité sans borne. 

    Mais elle n’était pas uniquement une professeure talentueuse : elle était également extrêmement soucieuse de ses étudiants. Je l’avais contactée, au début du mois de mai, en raison d’un conflit horaire entre deux examens. Elle avait accepté sans hésiter de me faire passer mon examen en oral plus tard dans la session. Lorsque je suis entré dans son bureau, par une matinée ensoleillée de juin,  j’ai pu apercevoir des piles d’examens dans une caisse. Elle corrigeait elle-même personnellement les copies de son millier d’étudiants. Elle m’a accueilli chaleureusement et s’est assurée que je sois à l’aise. Puis, après un quart d’heure de préparation, l’examen a commencé.

    Et cet examen fut presque amusant. Elle posait les questions, je tentais d’y répondre de mon mieux. A chaque fois, nous discutions, nous argumentions sur le sujet de la question. Elle s’était renseignée, et savait que je m’étais lancé dans un double cursus. Alors, elle me permettait à chaque fois de faire des liens avec des auteurs de science politique, elle acquiesçait en souriant alors que je parlais de Montesquieu ou de Rousseau.

    Puis, quand elle n’eut plus de question à poser, elle m’offrit un débriefing complet. Elle m’informa des points à améliorer, de mes points forts et de mes faiblesses. Enfin, elle s’enquit de ma session en science politique. Cela s’était-il bien passé ? N’étais-je pas trop fatigué ?

    Enfin, elle m’avait demandé mon sentiment quant à son cours. L’avis de ses étudiants lui importait beaucoup. Elle m’a d’ailleurs confié que si les nombreux tests qu’elle organisait pendant l’année pouvaient aider ne serait-ce qu’un étudiant à réussir, alors elle était heureuse. Elle a ajouté également qu’elle serait heureuse d’être mon professeur à nouveau en master, si je choisissais le cours de Questions approfondies d’histoire du Droit.

    Je l’ai revue quelques jours plus tard, pour la proclamation. Elle se portait comme un charme, et m’avait à nouveau souhaité tout le meilleur pour la suite. Elle m’avait également dit que si j’avais le moindre problème ou la moindre question concernant mes études de droit, je pouvais la contacter.

    C’était la dernière fois que je la voyais. Que je la verrai. Hier, en apprenant son décès, j’ai eu un choc. Une des profs qui m’avait fait aimer le droit avait disparu. Une des profs les plus dévouées et passionnées disparaissait. Des générations d’étudiants perdent une professeure remarquable. Mes pensées accompagnent de tout cœur sa famille, ses amis et ses collègues.

    Et à Madame Beauthier, un professeur qui m’a énormément marqué, je voudrais dire merci. Puissiez-vous reposer en paix.

    « Réformes à la carteSilvio II, le retour »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :